À l'époque où la population
montréalaise consommait
100 000 tonnes de glace
chaque été, les brasseries,
parallèlement, utilisaient
au moins 50 000 tonnes de
la matière. Nul ne va sans dire
que l'industrie de l'or
blanc, créant alors de
nombreux emplois
, occupait
une place primordiale dans
l'industrialisation du
Québec.

Un siècle et demi plus tard,
ne reste du métier de
marchand de glace
que l'iconographie du temps
et l'inspiration pouvant
en naitre.